Arrow s1

Plan du site

Cg bruit 02 bruit de fond 1

Toujours Paris s’écrie et gronde.
Nul ne sait, question profonde !
Ce que perdrait le bruit du monde
Le jour où Paris se tairait !

Victor Hugo (L’Arc de Triomphe)

Le bruit électronique est un signal comme un autre. C'est une information comme une autre. Le problème, c’est son effet de nuisance : venu se superposer, de quelque manière que ce soit, sans aucune corrélation, au signal utile ou à l’information utile.

Notre civilisation technologique se trouve de plus en plus confrontée à ce bruit dont les origines physiques sont diverses : principalement l’électronique des composants et systèmes (aspect granulaire de l’électricité), les ondes électromagnétiques (effets d’antenne), etc.

Un effet indésirable peut être produit par un composant, comme le bruit thermique ou le bruit de grenaille. Si la nature physique de ce phénomène est bien connue, le signal qui en résulte, est avant tout aléatoire. En télécommunication, il en résultera une altération du signal utile, très souvent appelée interférence, par ce signal aléatoire. Le décodage en devient difficile, voire impossible. En astrophysique, le bruit cosmique désigne des radiations électromagnétiques enregistrées ne correspondant à aucun astre.

Enfin, il ne saurait être question de se limiter aux seules sources de bruit d’origine scientifique. La vie courante, elle aussi, en est affectée, le bruit pouvant revêtir une forme humaine. Ainsi, on peut faire courir un bruit. Celui-ci se propage dès son émission. Il existe même des bruits qui transpirent, parfois même sans avoir couru. L’origine est parfois décelable, sans certitude, mais il peut, même superposé à l’information utile, en être extrait, continuant d’exister un certain temps...

 

 

Les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit.

Épictète

↑ Haut